Document sans nom – suite

«le moi est différent par son unicité et non pas unique par sa différence» Emmanuel Lévinas

Coller à la peau de ce qu’on croit beau, bien, mieux, meilleur.
Fuir, fuir soi-même.
Se perdre.

Arrêter.

Assumer : son identité, son unicité, ses contradictions, ses erreurs, sa haine et son amour.
Accepter, de ne pas être ce que les autres attendent de nous, de décevoir, de se tromper, d’être mise à nue ou ignorée.

Assumer, accepter, puis dépasser la dialectique manichéenne : aller au-delà.
De soi.
Des mots.
Des discours.
Du « au jour le jour ».
Transcender ses faiblesses, travailler à articuler la multiplicité des contradictions avec la définition d’une identité personnelle. Il n’y a rien de chaotique dans l’absence de rectitude.
Travailler à articuler l’idiosyncrasie de son individualité avec l’histoire collective. Développer son potentiel créatif sans faire de pastiche.

Outrepasser les conflits ponctuels conformistes et les règles du jeu fixées à l’avance, militer pour la simplicité volontaire et l’appel poétique extralégal.

Vivre, créer, crier le bel Aujourd’hui.

Publicités