14-11-15, J+1

 Choc.

Routine entravée. Contrariée.

Une ville se réveille, rien ne sera plus tout à fait pareil.

Le jour suivant. Un (dé)goût de feu et de sang.

Irréelle barbarie : Ankara, Beyrouth, Paris. Tant d’autres aussi.

Avoir l’horreur dans la peau, mais refuser de brandir des drapeaux. Refuser l’amalgame, les jugements bas de gamme.

Pleurer. Frissonner. Se révolter.

Ne pas s’indigner qu’une fois l’horreur passée, au gré des messages télévisés.

Ouvrir les yeux sur l’horreur ordinaire, et lutter pour la faire taire.

Regarder vers demain, car la suite de l’Histoire est entre nos mains.

Cyclique

Le ciel si peu las sous nos pas. Un ciel éclatant, étincelant, brûlant, brillant.

Tu étais près de moi, et nous marchions main dans la main sous un ciel inlassablement bleu.

Et puis, insidieusement, la nature a revêtu son manteau automnal.

Le ciel si las sous mes pas. Un ciel morose, morne, maussade.

Je marche seule sous le ciel de novembre, le regard suspendu à ton image diaprée, qu’accentuent les couleurs flamboyantes de la saison.

12202600_1657361577840313_1165746443_n

  12212060_1657361574506980_1520969421_n