Sur les pas de Rosalía…

IMG_5431

Trois jours seulement pour visiter cette magnifique région qu’est la Galice, avec des guides hors pair… Trois jours de découvertes, de visites, de marche, de partage, de discussions. Me voici pleine d’énergie et de force pour vous raconter ces quelques instants hors du temps.

Arrivée vendredi après un voyage de 6 heures en covoiturage, qui reste le moyen le moins cher et le plus efficace de voyager en Espagne, le stop ne marchant que très peu et le train étant très cher, j’arrive à Vigo, ancienne ville industrielle au bord de l’Atlantique. A peine le temps d’avaler un café pour reprendre des forces que nous repartons en bus pour A Guarda, petite municipalité frontalière avec le Portugal. Un ami vient nous récupérer en voiture, et nous partons visiter le castro de Santa Trega, un site archéologique magnifique où l’on peut voir les restes des habitations des populations celtiques remontant à l’âge de fer. Situé au sommet d’une montagne, le site de Santa Trega donne une vue imprenable d’un côté sur le fleuve Minho, qui sépare A Guarda de la ville portugaise de Caminha ; et de l’autre sur l’Atlantique. Nous arrivons à l’heure où le soleil est bas sur l’horizon, et la lumière est incroyable.

IMG_5412

Nous redescendons ensuite pour nous aller visiter l’ancienne forteresse de A Guarda, dont il ne reste pas grand chose si ce n’est un joli mur de pierre, et une vue sur quelques maisons résidentielles au bord de l’Océan. Nous avons la chance d’arriver à l’heure où le soleil se couche dans une douce lumière rosée. Nous partons ensuite au centre ville, où nous apercevons la dernière procession de la semaine sainte (flippant…). Des amis nous rejoignent et nous allons boire un coup dans un petit bar en face du port. Nous reprenons la route de nuit, pour rejoindre Tomiño, une petite commune à côté de A Guarda, où vivent les ami-e-s qui nous hébergent. Nous arrivons dans une maison incroyable : spacieuse, terrasse avec vue sur le Portugal, piscine, potager bio, chambres pour tout le monde, le grand luxe ! Nous cuisinons en refaisant le monde, puis, après un succulent repas, je vais dormir du sommeil du juste, épuisée du voyage et des acrobaties cérébrales pour comprendre nos hôtes qui parlent en galicien.

IMG_5398IMG_5401

Le lendemain matin, un temps froid et nuageux nous attend, mais nous partons joyeusement randonner sur les chemins des molinos de Folón y de Picón, 70 moulins datant du XVIIe siècle, qui étaient utilisés pour faire la farine de blé, de sarrasin ou de maïs. Le site est incroyable, les moulins rénovés se découvrent au fur et à mesure du chemin, les cascades qui permettaient de faire tourner les moulins se dessinent sur un paysage incroyablement vert, entre les arbres et les pierres qui bordent le chemin. Malheureusement, la forêt a brûlé il y a quelque temps, et une grande partie du chemin est encore noir de cendres. Après cette ballade revigorante, nous rejoignons en voiture Vila Nova, première ville portugaise à la frontière. Nous nous promenons dans une ville animée en ce samedi après-midi, et nous achetons quelques victuailles dans un petit marché : olives, pâtisseries traditionnels, boules de pain blanc à 40 centimes pièce (!) … Nous rentrons ensuite chez nos hôtes pour déjeuner les produits du marché et du jardin : salade de roquette, laitue et feuilles de moutarde, un délice ! C’est déjà la fin de l’après-midi et nous retournons à Vigo en voiture pour aller à une présentation-débat sur le fléau des OGM en Amérique du Sud, animé par une journaliste argentine activiste dans la lutte pour la dénonciation des multinationales qui injectent les pesticides sans vergogne sur des milliers d’hectares à côté d’habitations où, depuis le début du traitement il y a 20 ans, les cancers et les maladies se sont multipliés à vitesse grand V dans la population. Trop fatigué-e-s pour continuer la soirée en ville, nous rentrons dans notre nouveau pied-à-terre à Vigo, chez les parents d’un ami. Nous cuisinons, faisons de la peinture, allons promener Toy, le chien fou, et nous nous couchons tôt, tou-te-s épuisé-e-s de fatigue.

IMG_5423

Le dimanche, il pleut mais nous allons malgré tout visiter un peu Vigo, dont le centre ville est à la fois très beau, regorgeant de vieux bâtiments, mais triste, car ceux-là sont abandonnés, ou livrés à la gentrification. Nous profitons que le soleil pointe le bout de son nez pour filer à la plage, ou malgré le froid, je retire mes chaussures pour profiter de la caresse du sable sous mes pieds, ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de fouler le sable de l’Atlantique !

IMG_5446

Ainsi se termine mon petit séjour en Galice, magnifique région où j’essayerai de retourner en Juin pour un peu plus de temps, car peut-on dire que l’on connaît la Galice quand on n’a pas vu Saint-Jacques-de-Compostelle ?

P.S. : désolée pour la qualité des lamentable des photos, mon appareil est vraiment merdique et je n’ai pas eu le temps de retravailler dessus….

Bande sonore : Ana Moura – Desfado

Publicités

Art et météo

Bonjour !

Rachel-Baran-photography-10

Ca y est, c’est le printemps, le mois d’avril est enfin arrivé, il fait chaud, les oiseaux chantent… on se les caille sévère et il pleut des cordes depuis ce matin. J’ai bien fait de partir en Espagne tiens.
Pour ne pas déprimer devant la morosité de la météo de la semaine, je me suis dit qu’à défaut de trouver du beau en regardant par ma fenêtre, j’allais en trouver dedans.
Voilà donc pour vous une sélection de photographies d’une jeune artiste de 20 ans très talentueuse, Rachel Baran.

Belle journée !